11 Avril 2018

Intervention du représentant de la Fédération de Russie suite au vote du projet de la décision sur la Crimée (le 11 avril 2018, 204ème session du Conseil exécutif de l'UNESCO)


 


Traduction non officielle du russe


 


Madame la Présidente,


Distingués membres du Conseil exécutif,


Aujourd'hui, nous avons de nouveau assisté à un spectacle rituel. Bien sûr, nous l’aurions pu simplement ignorer. Or c’est l’autre chose qui nous inquiète: jusqu’où iront le manque total de respect envers l’UNESCO et la négligence de ses valeurs qui permettent d’imposer à plusieurs reprises au Conseil exécutif les mêmes rapports conflictuels et les mêmes résolutions politisées qui n'ont rien à voir avec son mandat? Ne remarquez-vous pas, distingués membres du Conseil exécutif, que notre Organisation est cyniquement utilisée à des fins politiques, contre quoi, à l'écrasante majorité, vous avez vous exprimé vous-même à plusieurs reprises?


C’est la même question que j'adresse aux distingués représentants du Secrétariat de l'UNESCO. L'accord que vous avez signé l'année dernière avec l'Ukraine concernant le soi-disant «suivi» de la situation en Crimée, représente, même pour les non-initiés, une absurdité scandaleuse. De quel genre de «suivi» peut-on parler si le Secrétariat a rompu de son plein gré tous les liens avec ses partenaires traditionnels en Crimée dont le site du patrimoine mondial Chersonèse, les chaires, les écoles associées et les centres scientifiques?


Pourquoi cela se passe-t-il? Parce que ni les auteurs de la décision, ni le Secrétariat ne se soucient pas, hélas, de la situation réelle en Crimée. Tout le sens de cette décision est dans son titre.


Or, la question de l’appartenance de la Crimée à laquelle se résume le sens de la décision adoptée, a été résolue une fois pour toute par la population de la péninsule elle-même. Tout récemment, elle a de nouveau reconfirmé son choix historique en donnant 92% de ses voix à Vladimir Poutine au cours des élections présidentielles en Russie. Telle est la réalité, que cela plaise aux certains ou pas. Et cette réalité ne pourra être changée par aucun des rapports mensongers fabriqués à Kiev.


Merci de votre attention.