10 Octobre 2018

Intervention du représentant de la Fédération de Russie suite au vote du projet de la décision sur la Crimée (le 10 octobre 2018, 205ème session du Conseil exécutif de l'UNESCO)


Traduction non officielle du russe


 


Madame la Présidente,


Il est sincèrement regrettable que la minorité entêtée des Délégations porte d’une session à l’autre les atteintes méthodiques à l’image de l’UNESCO et expose notre Organisation sous un jour sombre, l’utilisant avec cynisme à ses fins politiques. Le Secrétariat mis sur le lit de Procuste d'une résolution qui n'a rien à voir avec le mandat de l'UNESCO, est obligé de recopier chaque session le contenu de son rapport et de répéter des palabres rituelles, démontrant ainsi qu'il est absurde de soulever la question de la Crimée dans cette enceinte.


Un jour, peut-être, un quelconque monitoring serait mis en œuvre dans une sorte de «Crimée ukrainienne» virtuelle. Or, quelle relation a tout cela à la réalité? Comment cela aiderait-il à l'UNESCO rétablir des liens avec ses partenaires traditionnels sur la péninsule qui n’ont pas été rompus à l’initiative de ceux-ci?


La voie de la confrontation et de la politisation est nocive pour notre Forum humanitaire mondial. Elle ronge l'UNESCO de l'intérieur.


De notre côté, nous confirmons que la Fédération de Russie et ses différentes régions, y compris la Crimée et la ville de Sébastopol, sont ouvertes à une coopération constructive avec l'UNESCO.


Comme nous l'avons réitéré à maintes reprises, nous sommes prêts à accueillir sur la péninsule la mission de l'UNESCO, à condition, qu’elle soit organisée, bien évidemment, sur une base professionnelle, dépolitisée et dans le respect du fait de l’appartenance de la Crimée à la Russie.


Merci de votre attention.