PRESS-RELEASE / COMMUNIQUE POUR LES MEDIAS

 

N 11 – 02.11.2011

 

L'intervention du Ministre de la Culture de la Fédération de Russie M. Alexandre AVDEEV lors du Débat de politique générale à la 36ème session de la Conférence générale de l’UNESCO, le 27 octobre 2011

 

Madame la Présidente de la Conférence générale,

Madame la Présidente du Conseil Executif,

Madame la Directrice Générale,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Au nom de la Fédération de Russie je salue les participants à la 36ème session de la Conférence générale de l’UNESCO.

Le monde contemporain se heurte à de grands problèmes qui pourraient nous empêcher d’atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement convenus au plus haut niveau. Aujourd’hui alors qu’il faut résoudre les problèmes actuels, consentir de gros efforts tout dépendra de la capacité des Etats à joindre leur force.

Je crois que c’est ce que nous faisons à l’UNESCO. Nous pensons que les efforts énergiques déployés par l’Organisation vont dans la bonne direction. Chaque nouveau programme sur le long terme sous l’égide de l’UNESCO permettrait d’atteindre ses objectifs très importants: la garantie de la stabilité, les progrès, le bien-être des personnes et l’élaboration de partenariat. Nous avons d’ailleurs organisé à Moscou très récemment en septembre 2010 la Conférence mondiale sur l’éducation de la petite enfance et j’attire votre attention sur les résultats du document final – le Cadre d’actions de Moscou. Nous estimons que c’est une contribution importante pour ce qui est les objectifs du Millénaire pour le développement.

Dans le cadre du Programme «L’éducation pour tous» notre pays est disposé à offrir à l’UNESCO des bourses d’Etat pour former les citoyens étrangers dans les institutions et établissements russes pour le niveau supérieur et pour le niveau secondaire à partir de 2012-2013. Et nous souhaitons aider les personnes d’Afrique, en particulier, dans la domaine de l’éducation préscolaire, de la pédagogie, formation des professeur de l’école primaire et secondaire.

Parmi les domaines les plus importants qui pourraient contribuer au développement durable il faut mentionner la science et les innovations. Cette année nous avons célébré le 50ème anniversaire du premier vol habité dans l’espace – c’était M.Yury Gagarine, et je pense qu’il est important de savoir à quel point nous avons amélioré nos connaissances à ce moment-là. Il faut savoir que l’on utilise les vol dans l’espace pour préserver la biodiversité, maintenant pour réaliser des projets sur l’hydrologie, l’océanographie, sur le patrimoine mondial etc. Et je pense qu’il faut aussi saluer le lancement du satellite scientifique éducatif de l’UNESCO à cet égard.

La culture mondiale, le patrimoine sont une resource stratégique pour les générations futures.

Notre Organisation était la première qui a établi un lien réciproque entre la culture et le développement sur le niveau global.

Dans notre pays nous considérons la culture non seulement comme un projet nationale prioritaire, mais aussi comme le moyen important du développement durable. A cette fin nous avons organiser à Ulyanovsk un congrès international «La culture comme la ressource de modernisation» avec la participation des experts de l’UNESCO. Nous croyons que ses résultats seront une contribution importante dans la préparation de la Conférence intergouvernementale «La culture et le développement».

Sans les technologies de l’information le monde est impensable. Mais il faut aussi se soucier d’autre considération, il faut des principes politique, des principes de gouvernance, il faut des normes éthiques dans ce domaine pour garantir l’accès libre à l’information et aux connaissances, il faut y passer du problème des fractures numériques. Je vous rappelle que en ce qui nous concerne nous prévoyons pour 2012 la participation à la Conférence internationale de l’UNESCO pour la préservation des données numériques, et nous avons mené en octobre à Moscou la Conférence internationale sur la préservation des informations numériques dans la société d’information.

Pour conclure je voudrais vous dire que le 28 octobre à Moscou nous avons un événement très solennelle – la réouverture du bien connu Théâtre Bolshoi. Et de cette haute tribune je remercie l’UNESCO et les Etats-membres, qui nous ont aidé à réaliser ce projet.

Je souhaite à tout les participants de la Conférence générale des travaux fructueux, d’échanger des idées novatrices, ainsi que de prendre des décisions audacieuses et sages!

Je vous remercie de votre attention et je vous souhaite plein succès!